Le pôle EMC2

Des missions qui convergent vers un objectif majeur : la compétitivité industrielle française.

EMC2 prend ses quartiers à Bruxelles

Rencontre avec Pauline Caumont, chargée d’affaires européennes EMC2 à Bruxelles

« Pour se donner les moyens de ses ambitions et afin de mieux détecter les opportunités, le Pôle a recruté Pauline Caumont, chargée d’affaires mutualisée, basée à Bruxelles. Nous l’avons interviewé pour en savoir plus sur son rôle, ses missions et son profil. »

 

Il s’agit d’une création de poste, dont les contours sont un peu particuliers, pouvez-vous nous expliquer ? 

En effet, le pôle EMC2 a décidé de mettre en place une antenne à Bruxelles en réponse aux attentes nées de la phase IV des pôles de compétitivité en France, à savoir, mieux capter les financements européens. Le Pôle EMC2 est un précurseur en la matière, car seulement 3 des 56 pôles français sont représentés à Bruxelles. 

 

Les contours de mon poste sont en effet singuliers puisqu’il s’agit d’une mutualisation de ressource entre le Pôle et 10 de ses membres actifs que sont Airbus, EDF Pays de la Loire, les Chantiers de l’Atlantique, Naval Group, l’IRT Jule Verne, l’Université de Nantes, Europe Technologies, Tronico, Socomore et Meca. Ce sera donc un challenge de représenter des acteurs individuels engagés dans une démarche collective. Il s’agira donc pour moi d’être en liaison permanente avec le pôle, les 10 partenaires d’une part et les acteurs privés, publics et institutionnels européens d’autre part. Je serai la porte d’entrée « bruxelloise » du pôle EMC2. J’ai la chance d’être accueillie à Bruxelles dans les locaux d’EDF R&D, qui sont situés au cœur du quartier européen. A terme, au-delà des 10 membres engagés, la démarche bénéficiera également à tout l’écosystème régional car renforcer la visibilité du pôle à Bruxelles fera aussi naître des opportunités pour d’autres acteurs que les 10 du 1er cercle. 

 

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre parcours professionnel ? 

Je suis installée à Bruxelles depuis 10 ans, après des études qui m’ont menée à Toulouse, Paris mais aussi en Angleterre. J’ai d’abord travaillé en représentation régionale auprès des institutions européennes, pour la Région Occitanie puis pour la Normandie. Suite à cela, j’ai intégré en 2011 un réseau de régions, la Conférence des Régions Périphériques Maritimes (CRPM), à la fois un lobby et un think tank puissant à Bruxelles. Au sein de ce réseau, en tant que secrétaire exécutive de la Commission Arc Atlantique, j’ai pu faire mes armes sur les projets européens avec les régions bordant l’Atlantique. J’ai notamment beaucoup travaillé avec la Région des Pays de la Loire qui a pris la présidence de la Commission Arc Atlantique en 2016. Pour moi, devenir chargée d’affaires européennes pour le Pôle EMC2 était une opportunité de me rapprocher plus encore des acteurs de terrain, afin de représenter leurs intérêts à Bruxelles et de détecter pour eux des opportunités de projets collaboratifs européens. Je suis aussi ravie de pouvoir continuer à entretenir de très bonnes relations avec la Région des Pays de la Loire, que ce soit avec le bureau de la région à Bruxelles ou avec les élus et personnels du Conseil Régional de Nantes.  

 

Quelles seront vos premières actions concrètes ? 

Elles ont déjà commencé ! En effet, ma prise de poste s’est faite dès le 13 mai. Depuis, j’ai d’abord rencontré une bonne partie des dix partenaires avec qui je vais étroitement travailler. Récemment, j’ai participé à un évènement de réseautage, un « brokerage event » en jargon européen, sur des appels à propositions ciblés d’Horizon 2020, qui est le programme européen dédié à la recherche et l’innovation. C’est un des programmes les plus dotés en termes budgétaires. C’est donc là que se trouvent de nombreuses opportunités pour le pôle et ses 10 partenaires. Ce dispositif, « Horizon Europe » est d’autant plus important que son budget va encore se renforcer à partir de 2021, quand commencera la nouvelle période de programmation financière de l’Union Européenne, planifiée sur une période de 7 ans (2021-2027). 

 

Mon objectif est double : montrer que les partenaires du pôle que je représente ont des idées de projets et peuvent intégrer voire piloter des consortiums, mais aussi occuper le terrain pour renforcer la visibilité du pôle et des 10 partenaires. L’idée est que les potentiels partenaires européens sachent que nous avons des acteurs pertinents, que ce soit des universités, des centres de recherche, mais aussi des grosses entreprises, des ETI et des PME qui sont prêtes à s’investir davantage dans la coopération européenne. C’est une stratégie à long terme, mais qui fonctionne. En 10 ans à Bruxelles, j’ai souvent vu des structures d’autres pays installer une représentation et ainsi renforcer leurs capacités à capter les financements européens. Je suis vraiment ravie de constater que les Français prennent enfin le même chemin, et surtout, je suis très fière de pouvoir contribuer à cette démarche pour en assurer son succès. 

 

Pauline

Pauline Caumont
CHARGÉE D'AFFAIRES EUROPÉENNES
06 33 14 10 89
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Publié le 12 juin 2019 

Partager

Contacter le pôle

Vie du réseau

Flux RSS d'EMC2

 

 

Actualités
Le Pôle EMC2 recrute un(e) chargé(e) de projets

Un(e) chargé(e) de projets – Direction des opérations (H/F)

Lire la suite

Agenda
1ère Rencontre Tech & Fab Pays de la Loire

MMArena - Le Mans | jeudi 13 juin 2019 | 15:30 - 21:00

Lire la suite

Consultez l'ensemble des actualités EMC2

Inscription à la newsletter