Le pôle EMC2

Des missions qui convergent vers un objectif majeur : la compétitivité industrielle française.

Le recyclage des matériaux composites

3 questions à Annie-Briand, pdt AB VAL Composites

 

Le 2 février dernier, le pôle EMC2 organisait, avec le CRECOF, une journée technique sur le recyclage des matériaux composites. Cet événement était l’occasion de découvrir de nouvelles technologies et des procédés innovants et de réunir les professionnels de la filière. Nous avons demandé à Annie Briand, présidente d’AB Val Composites, de nous faire part de son ressenti suite à cette journée et de partager sa vision des enjeux du recyclage des matériaux composites et son actualité du moment.



Vous avez participé à la journée « réussir le recyclage des matériaux composites », organisée par le CRECOF le 2 février dernier. Qu’est-ce que ce type d’initiatives peut apporter à des filières en développement comme celle du recyclage des matériaux composites ? Qu’attendez-vous des suites de cette journée ?

Pour ma part j’ai trouvé cette journée très intéressante sur le plan technique. Cependant j’ai cru percevoir que, si les recherches sur des technologies de recyclage avancent, elles ne trouvent pas preneurs dans le monde industriel et restent au niveau des labos de recherche. Afin de donner un aspect opérationnel à ces projets, il serait intéressant de pouvoir les chiffrer. Doit-on supposer que ces projets ne sont pas économiquement réalistes ? Dans ce cas, faut-il le dire clairement ? Il s’agit d’un aspect que j’ai pu remarquer et partager avec les participants sur cette journée mais également au cours d’autres présentations de ce genre. D’autre part, les industriels restent encore trop absents sur ce type d’événements. Or, leur présence semble indispensable. Il s’agit d’une vraie question si l’on veut que les déchets composites soient recyclés. En un mot, mon attente principale est le passage à l’action concrète, à l’échelle industrielle.



Si vous pouviez résumer votre vision des enjeux du recyclage des matériaux composites en 3 points clés, quels seraient-ils ?

Le recyclage des matériaux composites ne prendra son essor que si les pouvoirs publics interviennent afin qu’il devienne obligatoire et/ou rentable.  Pour cela je préconise plusieurs pistes (j’en propose ici 4) que j’ai déjà évoquées avec le Ministère de l’Environnement :

  • Une augmentation significative de la Taxe Générale sur les Activités Polluantes (aujourd’hui il est moins contraignant et quasiment pas plus onéreux d’envoyer ces déchets pourtant recyclables en Centre d’Enfouissement Technique) la mise en CET est parfois nommée « méthode de recyclage » ou « solution de traitement » sans aucune remise en cause de cette terminologie par les pouvoirs publics.
  • Une TVA à 5,5% pour les produits fabriqués avec 100% déchets avec vérification et certificat à l’appui
  • Une obligation pour les détenteurs d’en faire le tri et de les acheminer vers les structures existantes, ce qui correspondrait à une simple application de la loi.
  • Une ouverture de cette notion dans les appels d’offre publics, voire une obligation d’un certain pourcentage d’utilisation de ces produits en substitution ou en addition des produits existants.

A partir de là, un des enjeux, et sans doute le principal, verra naître des solutions industrielles en réponse aux recherches dont nous avons entendu parler lors des présentations à cette journée.


 
Pouvez-vous nous parler de votre actualité du moment ?

En plus des produits actuellement fabriqués, nous travaillons actuellement à la conception de produits à plus fortes valeurs ajoutées avec d’autres industriels (parfois avec des fournisseurs de déchets). Certains de ces projets sont très avancés et pourraient voir le jour 2ème semestre 2017.

Dans le contexte actuel, AB VAL Composites, qui est à l’origine une entreprise familiale, a dû fin 2016 faire entrer un grand du déchet à son capital, afin de consolider son tour de table. Au-delà de nous rassurer, cela rassure les banques et nous ouvre des horizons importants pour l’avenir, si la filière s’organise et si nous parvenons à une rentabilité que nous n’avons pas trouvée à ce jour.

Une autre information importante pour l’avenir : bien que je reste Présidente de AB VAL, Aurélien Briand, ingénieur avec un passé professionnel de 15 années dans l’industrie, prend la Direction Générale de l’entreprise. Cela permet également d’être très serein pour assurer la pérennité de notre structure.

Tout ceci réuni, nous serions prêts pour investir et mettre en production une 2ème ligne de production. Cependant, étant donné le peu d’empressement des industriels détenteurs de déchets composites fibre de verre à nous les apporter, nous différons cet investissement. Une réalité plutôt surprenante lorsque l’on sait que nous produisons 30 000 Tonnes de chutes de production par an en France, que les produits « fin de vie » commencent à arriver en décharge et qu’une ligne traite 1000 à 1500 tonnes par an.

 

ABVAL Composites logo

 

Publié le 24 février 2017

Partager

Contacter le pôle

Vie du réseau

Flux RSS d'EMC2

 

 

Actualités
#2 Forum Open Innovation Manufacturing

500 demandes de mise en relation

Lire la suite

Agenda
6ème Convention d’affaires Composites Meetings

Nantes, 8 et 9 novembre 2017

Lire la suite

Consultez l'ensemble des actualités EMC2

Inscription à la newsletter