Le pôle EMC2

Des missions qui convergent vers un objectif majeur : la compétitivité industrielle française.

Connecting Meeting : retour d’expérience

Richard Forest, Directeur de SEAir

 

Pour  favoriser la mise en relation entre les adhérents de l’écosystème et créer de nouvelles synergies, le Pôle EMC2 a reconduit pour la quatrième année Connecting Meeting avec plus de 100 participants. Parmi eux, Richard Forest, Directeur de SEAIR, nouvel entrant au sein de la communauté EMC2 partage son vécu d’une journée placée sous le signe « Et si vous sortiez de votre zone de confort ». 


Pourquoi avez-vous participé à Connecting Meeting ? Quelles étaient vos attentes vis-à-vis de cet événement ?

[Richard Forest] Notre adhésion étant très récente, il s’agissait de notre 1ere participation à un évènement EMC2. J’étais donc en mode « découverte » ! Je prêche au sein de ma startup chaque jour les bienfaits du collaboratif, je tente de repousser tout le monde au-delà de sa zone de confort et d’aller chercher au-delà de son écosystème habituel. Ce sujet me paraissait donc tout à fait adapté.


Qu'est-ce que cela vous a apporté de participer ?

[RF]Fait du hasard, l’un des 4 sujets (aller à l’export) m’intéressait tout particulièrement ; je me suis donc nourri. Et les travaux - non pas de notre groupe mais d’une interview avec un autre atelier (CQFD !) - a fait émerger une idée que j’appliquerai ; c’est sûr. Etant du monde du nautisme j’ai rencontré beaucoup de contacts du monde de l’aéronautique ce qui était également mon objectif. Résultat : un RDV concret a déjà été pris avec un potentiel fournisseur de SEAir.


Pour vous, que signifie le fait d'appartenir à une communauté telle qu'EMC2

Echanger avec d’autres partenaires, qui ont pour la plupart une vision de l’innovation et des compétences qui nous manquent.


Pouvez-vous nous parler de votre actualité du moment ?

Le mercredi 25 janvier 2017 après-midi, au large de Lorient, le Mini 747 de SEAir a volé dès sa seconde sortie en mer, la première sortie avec un vent suffisant au vol. Une performance inédite, qui, à notre connaissance, est une première mondiale : un monocoque de course au large a réussi à voler de façon stable et équilibré grâce au concept du foil. Cela ouvre ainsi de nouvelles perspectives non seulement quant à la connaissance de la mécanique du vol, mais aussi la démocratisation des foils.

Cette étape franchie par la start-up lorientaise SEAir est capitale dans l’innovation nautique. Alors que le foil n’est utilisé le plus souvent que pour soulager la carène des voiliers – comme on l’a vu lors du Vendée Globe 2016 –, cet appendice multidirectionnel installé par SEAir sur son Mini 747 lui a permis de voler au-dessus des vagues, à une vitesse de 15 noeuds pour un vent réel de 8 noeuds.

Pour en savoir plus, communiqué de presse complet SEAir

 

 

logo seair

 


Publié le 31 janvier 2017
 

Partager

Contacter le pôle

Vie du réseau

Flux RSS d'EMC2

 

 

Actualités
Plug IN #2 : les industriels ont choisi leur binôme numérique

Des entreprises du numérique sont parties à la conquête de marchés industriels !

Lire la suite

Agenda
Appel à projet Manufacturing Factory

Date de clôture : 10 janvier 2018

Lire la suite

Consultez l'ensemble des actualités EMC2

Inscription à la newsletter